Catégories
#CodeSocial

CodExPerience

CodExPerience cela pourrait être le socle, l’ancrage. Nous avons le code, écrivons le codex comme un corpus d’expériences sans cesse renouvelées.

CodExPerience … pour une prise de parole collective permanente sans mûr et en réseau.

CodExPerience …. pour dynamiser une prise en main des innovations techniques pour mieux comprendre notre futur.

CodExPerience …Des évènements en ligne et hors ligne alimentent le système d’information et la communauté.

CodExPerience … construit sur les fondements de l’intelligence collective et réparti.

Le monde idéal n’est-il pas un monde aux portes ouvertes. Un monde aux portes ouvertes où personne n’a le sentiment désagréable d’être lésé, de perdre quelque chose. Le Net, c’est justement cette possibilité. Aussi. CodExpérience est un festival permanent dont les murs sont si virtuels que nous pourrons les pousser à l’infini.

Alors qu’est-ce qu’un festival multimédia permanent , sans murs et en réseau ? 

CodExpérience, c’est la possibilité d’être produit directement pour chacun, de communiquer, de transmettre, d’apprendre, tout au long de l’année. CodExpérience identifie parallèlement tous les festivals multimédia déjà existants en France ; une réelle ouverture en somme et non pas un festival fermé sur lui même, qui ne reconnaît que son propre intérêt, sa propre démarche.

Tant de créateurs, d’amateurs, de techniciens travaillent sur des projets, produisent des contenus intéressants et novateurs et bien souvent ne savent qu’en faire, ne savent même pas eux-mêmes si cela intéresserait quiconque. Alors CodExpérience pousse les portes du possible et permet aux gens de tout univers de communiquer autour de leurs créations, de les montrer, de les faire exister.

Quant à tous ces gens qui abordent le Net pour la première fois, tâtonnant parfois, CodExérience, c’est aussi pour eux un moyen de comprendre, de rencontrer, de pousser les expériences plus loin.

ci-dessous : copie de la page codexperience.info/mieux-comprendre (2008) – via archive.org

La préparation du projet à commencé en 2006 par des échanges autour du projet des Oies Sauvages. Un mot lancé par Loiez Deniel et un début de projet soutenu par le Ministère de la culture et porté par iGenerator et maintenant par la SiliconValois. Il s’agissait de se donner les moyens de suivre avec passion les changements qui se déroulent dans le monde de la video, des arts numéiques et du développement local.

Il s’agit de construire une communauté d’intérêt, CodexPerience, autour de ces thématiques. Une communauté capable de produire de la veille collective, d’identifier des enjeux et permettre l’échange entre ses membres, une communauté d’intéret capable d’être un moteur de coopétition utile à tous.

Que vous soyez artiste, producteur, publicitaire, développeur…. vous trouverez dans la communauté CodexPerience un moyen supplémentaire d’être acteur de la transformation du monde de la Video en participant à ce festival permanent sans mur et en réseau.

« Tous acteurs, tous média » : cette expression caractérise l’évolution du web et de l’Internet qui met leurs utilisateurs au centre du processus. Pour certains, il s’agit de « la révolte des utilisateurs » à la fois « producteurs, émetteurs et récepteurs d’information ». Des projets comme Wikipedia montre un nouveau visage de l’intelligence collective. Pour de nombreux analystes, la révolution numérique serait de l’ampleur de celle de l’apparition de l’imprimerie.

Le rapport au temps, à l’espace et aux autres est totalement modifié par les réseaux d’échanges virtuels. La capacité de faire avec l’autre n’est plus conditionné à la rencontre physique : le rapport aux territoires s’en trouve totalement modifié.
On assiste à un changement de paradigme, et notre société, basée sur la rareté de la matière première l’est désormais sur l’abondance. Ceci modifie notre capacité d’entreprendre.

Les acteurs de la société civile propagent ce mouvement et défient les pouvoirs établis. De nouvelles communautés numériques font émerger et inventent de nouvelles pratiques culturelles : la culture de demain sera inventée à la fois par les créateurs et leur public.

BureauWiki propose de fournir les moyens permettant à ses partenaires et au Ministère de la culture et de la communication de participer à une opération de prospective-action sur la double thématique numérique et culturelle. L’action est de faire participer, entre autre, le ministère au développement de pratiques collaboratives ou communautaires, à l’invention de nouveaux services et d’innovations sociales et culturelles : toutes pratiques impliquant les praticiens d’Internet dans leurs échanges horizontaux entre pairs ou communautés d’intérêts.

L’aboutissement sera CodexPerience, festival de productions multimédia sans mur et en réseau permanent. Des évènements en ligne et hors ligne viendront animer le système d’information CodexPerience basé sur les fondements de l’intelligence collective et répartie. Le Ministère de la culture et de la communication se servira de cette opération pour mieux comprendre notre futur et dynamiser une prise en main des innovations techniques. Parallèlement, ces différents moyens mis en œuvre seront soutenus par une formation en ligne et continue.

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Tesla ? Tesla disrupte une industrie et impose une vision, Tesla innove mais questionne aussi. Quel est le rêve de Tesla ? WeMob souhaite mettre en énergie une innovation au service du vivant et de la résilience des territoires

BatMan ? un super héro qui n’a pas de pouvoir surhumain. il a mis sa fortune pour se construire des supers outils et il a su bien s’entourer   WeMob souhaite construire de la richesse pour la mettre au service de sa raison d’être et de ses intentions profondes. 

Economie circulaire ? prendre en compte les impacts sur le vivant pour tendre vers une économie régénérative. WeMob s’inscrit dans le mouvement de l’économie régénératrice des écosystèmes. 

Electricité / Energie ? L’électricité, l’énergie c’est le mouvement d’un état à un autre, c’est le mouvement de particule … la mobilité et l’énergie sont liées. WeMob va accompagner l’émergence d’un nouveau récit sur la mobilité et l’énergie.

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Pourquoi pas ?

Le monde que chacun de nous façonne à chaque instant et que nous laisserons en héritage aux générations futures dépend en grande partie de ce à quoi nous prêtons attention aujourd’hui et de ce à quoi nous donnons de l’écho.

La résidence « Pourquoi pas? Carte blanche à l’avenir des pixels » s’est déroulé à Caen au début de l’année 2019.

Catégories
#CodeSocial Actualités

L’artiste au coeur du renouvellement sociétal

Dans un monde où l’artiste est souvent l’ouvrier de l’économie créative, l’idée de la révolution du sourire veut remettre l’artiste au cœur de la démarche créative et sociétale.

L’artiste interroge le sens, les fondements, les perspectives… il n’est pas juste là pour créer des produits ou participer à l’embellissement de surface d’un monde devenu insupportable.

Nous mettons la démarche artistique et transversale au cœur de notre développement. Nous interrogeons les modèles économiques du monde artistique et souhaitons faire que l’artiste ne soit pas dans l’obligation de produire pour être valorisé.

Nous souhaitons mettre l’artiste au cœur de la démarche sociétale afin de nous aider à décloisonner nos esprits et vivre une re-naissance de l’être au profit d’un monde basé sur les valeurs humanistes et écologiques plutôt que sur un matérialisme et de la compétition.

Nous considérons l’éducation populaire comme un accès à l’art sous toutes ses formes. L’art se veut populaire car démocratisé dans sa pratique et dans son approche.

Le propre de l’Artiste est de ne pas avoir été coupé de son monde intérieur et de ses liens avec l’Univers, ou qu’il les ait retrouvés. C’est ce qui lui permet à travers son œuvre soit d’être un lanceur d’alertes, soit de redonner du Sens à notre civilisation égarée et de provoquer l’interrogation de son public sur leur vécu dans ce monde.

Sa liberté d’être et d’agir est là pour aider ceux qui approchent son travail, à s’ouvrir et développer leurs propres talents et potentialités. Avant toute chose, c’est sa liberté que les autres doivent protéger.

L’Art est inné car au préalable il existe dans les formes et structures de la nature de l’infiniment petit à l’infiniment grand, mais il est bridé par le premier contact avec l’éducation mal comprise de notre société.

Le déploiement des talents – de tous les talents – peut et doit se faire naturellement par la fréquentation de la nature, l’observation de la vie et les échanges avec les autres. C’est ce contact rompu qui a permis de faire dévier notre civilisation.

Les enseignements des anciens doivent être accessibles à tous, ne sauraient être oubliés, il faut au contraire les retrouver et les ré-adapter à nos connaissances actuelles.

En somme, chacun ayant en soi la capacité de créer, même s’il n’en fait pas l’occupation de sa vie, c’est aussi sa part de liberté, et à ce titre, elle doit aussi être protégée.

L’idée de la Révolution du Sourire permet de créer un réseau de ‘héros’ au féminin et au masculin pluriel qui, tour à tour, sont ‘gardiens’ des uns des autres ; un espace – temps aussi de ressources pour accueillir l’enfant et sa source en voie de jaillissement ; un socle de valeurs communes dont le respect mutuel du différent et la conscience de notre reliance.

Dans notre société, notre valeur humaine intrinsèque est encore (trop) souvent amalgamée avec une valeur “marchande”, ce que nous pouvons produire, générer ou obtenir en termes d’argent. Pourtant, le plus beau et le meilleur de nous ne peut nécessairement se comptabiliser, s’évaluer ni se marchander ; ne peut se réduire à notre capacité de production.

Il nous revient à nous, individu(e)s, de trouver le chemin qui différencie le “faire” de l’“être”.

Etre accompagné(e)s peut nous y aider. Le déploiement des talents de chacun(e) favorise le développement de nos richesses et relations humaines.

En cela, le modèle artistique est au cœur du modèle de ‘communauté’ souhaité. Et l’artiste en soi, reconnu et soutenu dans sa « liberté d’être et d’agir », est bien au cœur du développement de “La Révolution du Sourire”.

Ce texte est un extrait du modèle artistique et culturel du #CodeSocial de l’idée de La Révolution du Sourire. C’est à partir du compostage du patrimoine immatériel de la SAS ChezNous que cette version à été écrite.


Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Elementor #1938721

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Protégé : WeMob – BP

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

RESET

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Les Missions à la une

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Philosophie des réseaux sociaux

Le discours sur les réseaux sociaux est aujourd’hui ambivalent : ils permettraient le meilleur, comme la mise en relation des individus, et le pire, comme l’expression sans filtre… Quelle révolution a entraîné l’apparition et l’utilisation des réseaux sociaux ? (source )

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Entreprendre

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Les gilets jaunes

Remarquable d’intelligence, @FlyRiderGj oppose aux demandes d’ordre, avec un flegme, un discours qui déconstruit le principe même de la Macronie, convainquant sur l’idée même de sa destitution. Simple, et en cela, impressionnant. https://t.co/jyJutRbNWf— Juan Branco ✊️ (@anatolium) 27 janvier 2019

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Intégrité

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

La Paix

Catégories
#CodeSocial - Annuaire

Précarité

Catégories
Modèle Économique Modèle Juridique et Financier upop

Les salariés piégés dans l’entreprise

Catégories
Modèle Social et Humain

Eloge de la lenteur

Ressources complémentaires : https://www.franceculture.fr/conferences/palais-de-la-decouverte-et-cite-des-sciences-et-de-lindustrie/eloge-de-la-lenteur

Catégories
Modèle Social et Humain upop

Etre libre ?

Catégories
Modèle Social et Humain upop

Développons une culture de la coopération

ALTER’COOP 2019 https://www.altercoop.org/

Thématique : Développons une culture de la coopération

Catégories
Actualités Modèle Social et Humain

A la recherche du bonheur

Stree peinture de Jace

Un groupe de 50 personnes participait à un séminaire et tout à coup, le conférencier arrête de parler et commence à donner à chaque personne un ballon. Il invite chaque personne à écrire son nom sur le ballon à l’aide d’un marqueur. Ensuite, tous les ballons sont recueillis et mis dans une autre pièce. Le conférencier demande aux participants d’entrer individuellement dans la pièce et de trouver chacun le ballon sur lequel est inscrit son nom en moins de 5 minutes.
Tous se ruent dans la pièce et frénétiquement se mettent à rechercher leur nom. Les gens se poussent, se piétinent et se bousculent dans un désordre total.
Au bout de 5 minutes et même plus, personne n’a pu trouver son propre ballon.
Alors le conférencier dit :
« Maintenant, que chacun recueille au hasard un ballon et le donne à la personne dont le nom y est écrit. »
En quelques minutes, tout le monde a eu son ballon.
Le conférencier dit alors : « Ce que nous venons de faire est exactement ce qui se passe dans nos vies. Tout le monde est désespérément à la recherche de son propre bonheur tout autour, ne sachant pas où il est. Or notre bonheur réside dans le bonheur des autres.
Voilà pourquoi si vous aidez les autres à trouver leur bonheur, vous obtiendrez votre propre bonheur aussi. Et tel est le but de la vie des hommes.
Apprenons à mettre un sourire sur le visage de quelqu’un et nous aurons également un sourire en son temps.
Que personne ne cherche son propre intérêt
Que chacun de nous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
Inconnu

ps : Merci à Anne Dor pour sa publication du matin sur FB. Avec son autorisation nous sortons le texte ci dessus pour lui permettre une vie en dehors des silos sociaux

Catégories
#CodeSocial - Annuaire Actualités

Etrange synchronicité…

Poly-crises, effondrement à venir … éveil des consciences… nombreuses initiatives de résilience mais pas / peu de reliance.

Avec la création de la démarche #CodeSocial nous avons voulu contribuer à en finir avec le monde en silo qui empêche l’intelligence collective de construire un monde de paix. Il s’agit pour cela de concevoir, d’implémenter, d’expérimenter et de promouvoir : des outils, méthodes et protocoles de reliance dont nous croyons que la conjonction est susceptible de favoriser le développement de collaborations décentralisées à grande échelle. (source : en finir avec un monde en silo)

Comme le rappelait Marc Vela pendant sa conférence sur l’écologie relationnelle. Il faut en finir avec la fragmentation du monde et renouer avec l’unité. L’unité est aussi un des apports profond du travail de Jean Pierre Goux avec Blue Turn.


La majorité des astronautes ayant orbité autour de notre planète ont ressenti un amour profond pour la Terre et un sentiment de profond bien-être qui transforma leur vie.
On appelle ce phénomène l’Effet de Vision Globale (Overview Effect). Ce nom fut imaginé par Frank White qui étudia cette transformation dans son livre-phare “The Overview Effect – Space Exploration and Human Evolution”. Il démontra que les effets combinés de l’absence de gravité, du silence, de la peur et de l’exposition à l’envoûtante beauté de la rotation terrestre, créaient tous les prérequis à une expérience mystique qui modifia leur vie à tout jamais. (source)

Jean-Pierre est venu participer à la soirée d’ouverture de « Pourquoi pas? » pour nous parler du pouvoir de l’intention.

Pourquoi pas ? Jean-Pierre Goux Le pouvoir de l’intention from Foulescreen on Vimeo.

Synchronicité … Alors que nous terminions la résidence « Pourquoi pas? » à Caen par la conférence active de Timothy Duquesne « Que faisons nous de notre super pouvoir? » le week end dernier s’est tenu une “rencontre d’acteurs de la transition en France” dans le sillage de Cyril Dion et de Maxime de Rostolan.

post d’Alexandre Boisson le 26 janvier sur FaceBook:
On va le faire changer ce monde !
Avec Cyril Dion, Demain; pour ma part j’ai envie de le construire DES AUJOURD’HUI,et je milite donc pour un DICRIM et un Plan Communal de Sauvegarde:
💢 R É S I L I E N T S 💢 ALIMENTAIREMENT PARLANT !

Aucune pensée, aucune action ne survit à un ventre VIDE !

Alexandre Boisson et Jean-Pierre Goux étaient présent à cette rencontre. Il y avait aussi Julien Dossier de quatolibri. Julien a travailler sur le plan climat pour le grand Paris et je vous conseille d’écouter un podcast qui montre bien que nous devons penser systémique pour faire face à tous les enjeux de notre temps. J’ai rencontré Julien en 2008 quand j’ai participé au lancement de la Ruche du canal Saint Martin (espace de coworking dédié à l’entrepreneuriat social). A l’époque déjà je parlais de l’importance de la question des systèmes d’information territoriaux et de l’incroyable potentiel de la révolution numérique. J’ai vu aussi ce projet abandonner ses rêves assez vite. Je suis parti en milieu rural pour comprendre comment les grandes maisons pouvaient jouer un rôle central dans le développement des territoires apprenants et résilients.

Alexandre m’a confié que la vision de SOS maires s’est finalement imposée pendant cette rencontre : sans résilience alimentaire locale tout le reste ne tient pas la route… Le projet issu de cette rencontre est de créer un exemple de village totalement autonome et de le répliquer. Nous allons chercher plus d’informations pour savoir si le lien avec le projet Tera est fait où comment l’implication avec l’ensemble des villages innovants en terme de résilience est construit. “Pourquoi pas? – Le Média” va tenter de documenter pour mieux comprendre comment participer à son échelle. La question de la résilience alimentaire locale sera au coeur de la journée « Pourquoi pas? » qui sera organisée pour donner suite à la journée « Des Pixels à l’assiette » . D’ailleurs Maxime de Rostolan devait être parmi nous mais très occupé à la préparation de cette rencontre, on a décidé ensemble qu’il ne fallait pas venir à tout prix car il y aurait pleins d’autres occasions 😉

Loin de moi le sentiment de jalousie de ne pas avoir été invité mais je me suis senti interpellé par la synchronicité entre l’organisation de cette rencontre et la fin de la résidence “Pourquoi pas?”.
Mais il est plus que jamais important de sortir les contenus des silos informationnels et temporels pour une éducation populaire ouverte et permanente.

Un joli dessin de Julien Dossier fait pendant la rencontre organisée je ne sais où et dans quel cadre

Aaron Swartz prônait la libération de la connaissance. Aujourd’hui avec le livre de Flore Vasseur “que reste-t-il de nos rêves” Aaron se retrouve dans des magazines tel que “Elle”, des journaux tel que les échos, la croix. Il est temps que tout le monde comprenne à quel point son point de vue avait du sens et de la profondeur. Je ressens son tristesse profonde de voir le monde ne pas comprendre à quel point la libération de la connaissance et une circulation de l’information plus organique est le socle pour que le monde change de paradigme et arrête de produire la destruction du vivant, des guerres, de la pauvreté.

On parle d’Aaron Swartz mais on continue à penser en silos. On continue à construire de façon pyramidale entre initiés ou personnes choisies.

En apprenant l’existence de cette rencontre “fermées” de gens qui veulent penser la résilience, j’ai aussi pensé à l’histoire des BarCamps. Les Barcamps sont nés en réaction à l’organisation d’un FooCamp par Tim O’reily.  Tim O’reily est le fondateur de la notion “marketing” Web 2.0. Il a organisé une conférence sur invitation réservée au gratin du monde de la technologie à San Francisco c’était les FooCamp. Foo et Bar sont deux variables opposées en informatique. Alors de jeunes Hackers ont lancé les BarCamp pour créer des évènements auto-organisés ouvert à tout le monde.

Dans les Barcamp il n’y a aucune sélection, sauf contrainte de place, mais alors seule la date d’inscription est prise en compte, et tout le monde est invité à participer quelles que soient ses compétences techniques : on peut présenter un logiciel, mais aussi une simple idée, une proposition de service, de design ou l’expression d’un besoin.

Les BarCamps sont organisés essentiellement grâce au web. En ouvrant le processus d’organisation d’un « Foo Camp », en le codifiant dans un wiki rendu publiquement accessible, les BarCamps semblent avoir apporté une innovation décisive. L’implication de personnalités reconnues dans l’univers du développement d’internet a certainement contribué à promouvoir son adoption massive.

L’esprit des #BarCamp et la mémoire d’Aaron Swartz sont plus présent que jamais à mon esprit … Nous avons besoin d’un mouvement OpenSource, fractal et scalable pour faire face aux défis sociétaux qui sont les nôtres. Un mouvement d’éducation populaire ouvert et permanent complètement organique. C’est ce que nous voulons déployer avec la révolution du sourire et “Pourquoi pas? – Le Média”

Pourquoi pas – Le Média from Mathieu Coste

. Depuis le lancement des BarCamp j’ai creuser la question de la survie et du développement de ce genre d’initiative. J’ai été témoin de la récupération et du détournement de l’état d’esprit initial et j’ai cherché comment faire pour préserver l’idée originelle car comme Aaron Swartz et bien d’autres la libération de la connaissance me semble la condition nécessaire à l’émergence d’un monde de paix basé sur le respect du vivant. Mon chemin de route avec Olivier Zablocki m’a permis de comprendre à quel point la question des architectures techniques de la connaissance était fondamental dans le développement de territoires apprenants et résilients. Pendant la résidence « Pourquoi pas? » nous avons explorer la question des architectures intimes et sociales afin de comprendre comment agir pour faire face aux enjeux sociétaux.

Un groupe local s’est constitué et d’autres résidences sont en cours de préparation. Nous avons posé les bases d’une action ambitieuse et incarnée avec le lancement de « Pourquoi pas? » – Le Média ». Un offre d’inform’action au service du vivant

La Révolution du Sourire n’est pas parfaite mais c’est un mouvement incarné et intègre. Nous avons organisé la résidence créative “Pourquoi pas? à Caen pour poser nos intentions profondément et nous oeuvrons à chaque instant pour affiner l’ouvrage. Nous ferons tout pour ne pas trahir les intentions de celles et ceux qui ont porté des utopies humanistes et nous honorons leur mémoire pour rendre vivante leur pensée. Il est si important d’avoir l’humilité de ne pas ré-inventer la roue.

Tout ce que nous avons construit est documenté et nous avons besoin de passer un cap afin de permettre de déployer largement cette proposition. Laissez vous porter par votre intuition et sentir si cela résonne en vous.