skip to Main Content

36 Photos pour la Révolution du Sourire

Nous pouvons tous participer à transformer la réalité et construire le renouveau de l’humanité… y croire avec amour et intégrité c’est le début d’une autre réalité… Le futur se construit dans notre capacité à rêver ensemble et à construire ces rêves en réalité concrète.

Nous sommes tous une partie de la solution. C’est en développant la coopération, l’entraide, l’intelligence collective à partir de chaque territoire que nous pouvons réussir à transformer les problèmes en solutions. C’est cette conviction que le changement viendra de chacun de nous, relié aux autres, qui nous a conduit à lancer 36 photos pour « la révolution du sourire »

36 photos pour la révolution du sourire, jeu de société pour développer la qualité de vie, met en lumière le patrimoine local, permet de le questionner et de construire ensemble des réponses. La co-construction des réponses est ce que nous appelons une “mission” du jeu dont le but est de développer la qualité de vie au temps de la révolution numérique. Chaque photo est une invitation à la conversation, à la connaissance, à la rencontre et au co-développement du système d’information territorial en bien commun. Ainsi, à partir d’une simple photo, nous nous mettons en mouvement et transformons notre environnement. De façon ludique, nous développons l’économie de proximité, dynamisons le lien social, valorisons l’existant, développons les richesses du territoire, soutenons l’initiative et favorisons la coopération citoyenne.

Photographier ce qui, à proximité de nous, nous questionne est un bon moyen de mobiliser les consciences. C’est un premier pas simple à faire pour nous mettre en mouvement. Nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à être équipés de smartphones et n’avons jamais produit autant de photos. Prenons conscience de leur possible impact pour nous en servir dans le but de transformer le monde.

Par exemple, la photo d’un potager permet de soulever des questions au sujet de notre alimentation ou des espaces cultivables. Ou encore, la photo d’un bâtiment vide qui se dégrade dans notre rue où on habite permet de nous interroger sur la faisabilité de sa réfection et son usage futur. Pour chaque question qui émerge, une équipe peut se constituer pour y répondre de façon concrète et faire ainsi naître une mission. Les différentes missions sont toutes reliées les unes aux autres et participent ainsi à développer un territoire apprenant, contributif, symbiotique et mobilisé pour sa transformation. Le jeu permet à chacun de prendre part aux transitions en cours et entraîne des actions concrètes dans la vie des joueurs, qui améliorent ensemble leur quotidien. Si chacun fait un peu, nous en bénéficions tous !

L’énergie de notre attention donne son architecture à ce monde. Nous pouvons construire ensemble une nouvelle réalité, à partir de chaque quartier, de chaque village. La photo qui lance localement la partie de ce jeu joyeux est une photo du ou des initiateurs de la mission avec un exemplaire suspendu de L’avenir [des pixels] est entre nos mains devant un lieu remarquable ou la plaque mentionnant le nom de son village. Ce livre, édité par ChezNous, est une invitation à comprendre notre immense pouvoir dans un environnement où monde numérique et monde physique n’ont jamais été ainsi imbriqués. L’expression “Nos pixels façonnent le monde” pourrait en résumer le propos (voir 4e de couverture). Le “super pouvoir” dont chacun de nous est aujourd’hui doté peut s’appliquer à l’ensemble des domaines qui font notre quotidien.

Le jeu, dont chaque mission est conçu comme une « cellule souche » duplicable, n’a pas de frontière géographique. :

Lancé à partir de La Maison de ChezNous à Vichel, ce Jeu Joyeux est viral. Il peut se déployer à l’échelle du globe.

Réintroduire le jeu pour se réapproprier la vie de la cité et prendre part aux transitions en cours nous semble nécessaire et très excitant.

Dans la vie il n’y pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent. Antoine de Saint-Exupéry

Kit de survie numérique

Le « Kit de Survie Numérique » est un ensemble d’outils couplés à des bonnes pratiques d’utilisation. Il est destiné à faciliter la vie des porteurs de projets d’entreprises et des entrepreneurs de petites structures. A l’heure où le numérique est omniprésent et indispensable dans toute activité professionnelle et face à la jungle des offres de produits et services à destination des entrepreneurs actuels comme en devenir, il est indispensable de fournir des repères simples et compréhensibles pour tous, menant vers des solutions simplement et facilement utilisables, tout en bénéficiant du support et de l’expérience d’une communauté d’entrepreneurs.

Le kit se veut rapidement opérationnel, pour faire des choix pertinents au plus tôt d’une aventure entrepreneuriale. Il ne s’arrête pas à une liste d’outils mais les prends comme base pour donner aux personnes un regard critique sur leur propre usage et les connaissances nécessaires pour fabriquer eux-même leur environnement numérique professionnel.

[vcex_heading text= »Equipe » tag= »h3″][vcex_post_type_grid post_types= »staff » tax_query= »true » title= »false » date= »false » excerpt= »false » read_more= »false » tax_query_taxonomy= »staff_category » tax_query_terms= »kit-de-survie-numerique » img_size= »thumbnail » overlay_style= »title-push-up »]

36 photos pour la « Révolution du Sourire »

Dans la vie il n’y pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent.

Antoine de Saint-Exupéry

[vcex_heading text= »36 premières photos de son environnement pour inviter au questionnement, au dialogue, à la connaissance, aux rencontres, pour co-développer un système d’information local. » style= »graphical » tag= »h3″ text_align= »center »]
cliquer pour voir en grand

Nous sommes tous une partie de la solution. C’est en développant la coopération, l’entraide, l’intelligence collective à partir de chaque territoire que nous pouvons réussir à transformer les problèmes en solutions. C’est cette conviction que le changement viendra de chacun de nous, relié aux autres, qui nous a conduit à lancer 36 photos pour « La Révolution du Sourire ».

36 photos pour « La Révolution du Sourire », jeu de société pour développer la qualité de vie, met en lumière du patrimoine local, permet de le questionner et de construire ensemble des réponses.

La co-construction des réponses est ce que nous appelons une “mission” du jeu dont le but est de développer la qualité de vie au temps de la révolution numérique. Chaque photo est une invitation à la conversation, à la connaissance, à la rencontre et au co-développement du système d’information territorial en bien commun. Ainsi, à partir d’une simple photo, nous nous mettons en mouvement et transformons notre environnement. De façon ludique, nous développons l’économie de proximité, dynamisons le lien social, valorisons l’existant, développons les richesses du territoire, soutenons l’initiative et favorisons la coopération citoyenne.

Photographier ce qui, à proximité de nous, nous questionne est un bon moyen de mobiliser les consciences. C’est un premier pas simple à faire pour nous mettre en mouvement.

Nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à être équipés de smartphones et n’avons jamais produit autant de photos. Prenons conscience de leur possible impact pour nous en servir dans le but de transformer le monde. En jouant nous nous cultivons et nous cultivons le potentiel de transformation de notre environnement, nous développons une éducation populaire locale et vivante.

A  partir de chaque quartier, de chaque village, “36 photos pour la révolution du sourire”, propose un dispositif d’animation locale, mené pour et par les habitants : un « Jeu de Territoire » pour développer la qualité de vie au temps de la révolution numérique : développer l’économie de proximité ; dynamiser le lien social ; valoriser l’existant et développer les richesses du territoire ; soutenir et favoriser l’initiative de la coopération citoyenne.

Par exemple, la photo d’un potager permet de soulever des questions au sujet de notre alimentation ou encore des espaces cultivables. Ou encore, la photo d’un bâtiment vide qui se dégrade dans notre rue où on habite permet de nous interroger sur la faisabilité de sa réfection et son usage futur. Pour chaque question qui émerge, une équipe peut se constituer pour y répondre de façon concrète et faire ainsi naître une mission.

Les différentes missions sont toutes reliées les unes aux autres et participent ainsi à développer un territoire apprenant, contributif, symbiotique et mobilisé pour sa transformation.

Le jeu permet à chacun de prendre part aux transitions en cours et entraîne des actions concrètes dans la vie des joueurs, qui améliorent ensemble leur quotidien.

Si chacun fait un peu, nous en bénéficierons tous ! L’énergie de notre attention et de nos intentions donne son architecture à notre monde et ensemble, nous pouvons construire une nouvelle réalité.

Le jeu, dont chaque mission est conçu comme une « cellule souche » réplicable, n’a pas de frontière géographique :

  • Pour développer les missions, les joueurs utilisent l’environnement contributif et connecté.
  • Pour comptabiliser les contributions les joueurs utilisent le principe des matrices de richesses : un système d’échange et de valorisation de ressources et de richesses basé sur une approche quantitative et qualitative.
[vcex_heading text= »Le projet vous inspire, vous parle… vous souhaitez qu’il se développe ? Déclarez votre soutien et votre intérêt et participer à son développement » tag= »h4″ text_align= »center »][vcex_spacing size= »15px »][vcex_spacing size= »15px »][vcex_spacing]

Vous aimeriez que 36 photos se déploie à côté de chez vous? Prenez contact et vous aurez la possibilité de rencontrer d’autres personnes qui ont la même envie et qui vont s’inspirer pour trouver les meilleurs façon de lancer 36 photos localement. Nous vous accompagnera à travers l’organisation régulière de visio conférence, l’organisation de rencontres locales, la mise à disposition d’outils de communication et l’accès à son espace de coworking numérique.

[vcex_spacing size= »15px »]

Espace de Coworking Numérique

Coopérer + Echanger + Débattre + Décider + Partager + Rencontrer + Co-écrire + S’inspirer + Brainstormer + S’informer + Discuter + Créer

Un ensemble d’outils (numérique ou pas) sont proposés afin de faciliter les échanges et les contributions. L’ensemble de ces outils sont utilisés dans la vie du jeu et le développement des différentes missions.

Nous proposons un environnement numérique de travail collaboratif et contributif. Ce dispositif numérique et humain assure les interconnections et les intégrations entre les différents outils afin que chaque membre puisse participer en fonction de ses usages. Nous collaborons avec l’assemblée virtuelle dans le cadre d’une recherche action sur les dynamiques collaboratives entre acteurs autonomes et reliés par l’utilisation complémentaires de technologies numériques et sociales.

Un espace numérique mutualisé relié à des espaces physiques d’accueil, de convivialité et de créativité (ex La Maison de ChezNous) pour les acteurs d’une économie contributive porteuse de sens et à fort impact sociétal

Les projets innovants cherchent et trouvent du sens, mais leurs créateurs ont besoin de facilitation, de créer du lien et des synergies, en partageant des valeurs fortes.

Nous proposons une solution de coworking éthique, associant :

Nous mobilisons des individus et des organisations exploratrices, pionnières dans cette co-construction de cette aventure à fort potentiel sociétal.

Les + du CoWorking

  • Développer son activité dans un écosystème collaboratif riche, bienveillant et basé sur la confiance : un réseau d’intelligence collective, de mutualisation et de solidarité ;
  • Intégrer une communauté qui rassemble : collectifs informels, coopératives, smart-up, free-lances, blogueurs, artistes, experts, formateurs, écoles, associations du web, incubateurs, agences, makers, permaculteurs, producteurs de concret, et bien d’autres acteurs qui dynamisent votre activité ;
  • Réinventer au quotidien une nouvelle façon de créer et travailler ensemble ;
  • Découvrir l’environnement #CodeSocial et une économie contributive basée sur l’économie des communs … la promesse d’une économie hyper productive au service de la régénération des écosystèmes (naturel et social) ;
  • Un lieu numérique et des lieux physiques dotés de suppléments d’âme où l’on peut (…) assister à des conférences, nouer des contacts, découvrir, s’inspirer, oeuvrer.

Adopter le Coworking numérique, c’est :

Collaborer

  • Accès à une plateforme collaborative nouvelle génération (nous avons choisi TalkSpirit, mix de FaceBook et de Slack). Cette plateforme intuitive et puissante simplifie les échanges entre les équipes, limite les échanges de mails et valorise l’information.
  • Formation de prise en mains des outils, aide au démarrage d’implémentation des premiers projets.

Se développer

  • Faire partie d’un écosystème fort, regroupant des structures variées et partageant les mêmes valeurs
  • Catalogue contributif : regroupement coopératif des offres commerciales de chacun des acteurs de l’Espace de Coworking Numérique :
    • services proposés par les membres,
    • partages d’offres et d’opportunités,
    • promotion du catalogue contributif et contribution à la valorisation des richesses produites par les membres de la communauté.
  • Accès à un incubateur de projets pour les auteurs de projets innovants

Se Mutualiser

  • Veille collective ;
  • Communauté de pratiques ;
  • Conciergerie : animation, accueil, mise en réseau ;
  • Bénéficier du réseau de compétences et moyens (bureaux, co-voiturage…) ;
  • Accès au Jeu, le “serious game” de la Révolution du sourire permettant de recevoir des réponses à ses questions les plus concrètes par le biais de l’intelligence collective.

Être accompagné

  • Accompagnement aux usages numériques :
    • 1er M² Numérique
    • Kit de survie numérique
  • Possibilité d’espaces collaboratifs “privatisés” pour les besoins de chaque organisation.

Se cadrer

Nous nous sommes dotés d’un #CodeSocial (sorte de règlement intérieur actif) afin d’établir un cadre clair et s’intégrer à un processus bien défini permettant aux contributeurs de s’ouvrir pleinement à la coopération. Une interview #CodeSocial sera réalisée pour chaque membre afin de développer un sentiment de reconnaissance et de confiance mutuelle.

Se rencontrer

  • Accès privilégié aux espaces physiques de Co-working  :
  • Organisations d’événements : Les événements mélangent les moments studieux et les rencontres créatives. Formations, workshop, cocktails, soirées favorisent le partage et l’envie de collaborer ensemble au sein de notre communauté !

1er M² Numérique

ChezNous, l’importance est aussi donnée à la réappropriation par chacun de son espace numérique.

Le 1er M² numérique est celui que l’on construit avec ce qu’on est, un peu comme on décide d’habiter sa maison, de la faire sienne.

Il s’agit en quelque sorte de se réapproprier son espace numérique, en y plantant quelques graines qui le rende plus facile d’utilisation, plus proche de soi, adapté à ses besoins.

 

C’est autant une question de matériel, de logiciels, de connexion qu’une question de navigation, de sujets de recherche, d’humeur, de temps à y consacrer, d’enjeux personnels, d’envies d’apprentissages, de respect de son propre rythme.

Le jeu « La Révolution du Sourire » accompagne les habitants dans leur cheminement vers une meilleure qualité de vie. Elle propose ainsi deux modes complémentaires : un service physique et un service virtuel.

Le #CodeSocial

ChezNous a inventé la notion de #CodeSocial pour ses propres besoins. En effet, ChezNous voulait dés sa création se construire comme un bien commun et pour cela avait besoin d’un mode de description oppérationnalisé afin que son initiateur ne soit pas enfermé dans le rôle de chef d’entreprise mais dans celui d’auteur de l’idée. Pour construire la confiance nécessaire à un fonctionnement agile, résilient et efficient il fallait créer les conditions oppérationneles.

Le #CodeSocial est une méthodologie permettant de poser de manière claire et transparente le quoi, le pourquoi et le comment d’une organisation, d’un projet, d’une collaboration …

Il permet aux différentes parties prenantes d’une aventure d’en co-construire une représentation commune à travers une méthode de description holistique, globale et multi-factorielle.

Le #CodeSocial permet de décrire l’historique, la raison d’être (Contexte, Enjeux, Objectifs, Missions) ainsi que ses modèles

  • Culturel et artistique
  • Social et humain
  • Écologique
  • Technologique
  • Économique
  • Juridique et financier

En rendant explicite ce qui souvent est implicite il permet à des communautés d’acteurs de travailler ensemble de manière saine, transparente et efficiente.

Conçu par Mathieu Coste, le #CodeSocial repose sur l’analogie au fameux « Code Logiciel » plus souvent appelé « code source » d’un programme informatique ou d’un langage destiné au web. Dans le monde informatique, le code source peut-être ouvert ou fermé. Lorsqu’il est ouvert, il permet le développement de dynamiques collaboratives à grande échelle. L’enjeu est ainsi de transférer au monde social les principes et les logiques qui ont fait le succès de l’open-source.

Le développement d’une démarche #CodeSocial est particulièrement pertinent lorsqu’il s’agit de documenter, de transformer ou de créer une aventure, une organisation, un projet.

La démarche se poursuit ensuite dans l’opérationalisation du #CodeSocial, lequel devient un instrument de pilotage.

[vcex_spacing][vcex_post_type_grid grid_style= »masonry » tax_query= »true » date= »false » read_more= »false » img_size= »medium » tax_query_taxonomy= »category » tax_query_terms= »codesocial-2″]
A l’image d’une constitution, le #CodeSocial pose le cadre de l’action. Comme les constitutions, il est important qu’il conserve une certaine stabilité à travers le temps, néanmoins il est également important que ce cadre puisse évoluer au regard du contexte et des enjeux. Certaines parties du #CodeSocial doivent peut-être être intangibles, d’autres doivent peut-être pouvoir évoluer selon des mécanismes de décision exigeants, d’autres encore doivent peut-être pouvoir faire l’objet de procédures simplifiées, plus légères. La spécification des modalités de modification du #CodeSocial est fondamentale, elle permet de cadrer les processus à même de permettre son évolution, elle lui confère enfin une valeur, une crédibilité susceptibles de favoriser la confiance, la reliance.

Y a t’il une catégorisation des contenus en fonction de leur “modifiabilité” ? Quelles sont les modalités de modifications établies par catégories de contenus : Parties prenantes, modalités de débat, de décision, temporalités.

Toutes les modifications du #CodeSocial sont validées par le conseil de sage et l’assemblée générale.. Les modifications peuvent être à l’initiative de chaque membre.

La Matrice de Richesses

L’idée de la matrice des richesses est de permettre de construire une représentation des flux de richesses dans les relations qui composent le Jeu.

Les Matrices de Richesses sont associées à une mission, à une action, à une personne.

La matrice de richesses se construit à chaque fois qu’il y a des échanges, à chaque action/mission. Elle permet de prendre en compte des valeurs matérielles (euros, points JEU, joules, kg) et immatérielles (temps, satisfaction, épanouissement, pénibilité, joie, motivation…)

Chaque mission produit des richesses et consomme des ressources. Une attention particulière sera mise sur les flux en euros afin de garantir un fonctionnement en adéquation avec le système actuel et permettre de libérer les potentiels créatifs en répondant de façon satisfaisante au besoin de ressources en euros.

La matrice de richesses se construit de façon différente à chaque fois

  • à partir de l’auto-déclaration de chaque partie prenante
  • à partir du journal des actions

La matrice de richesses peut prendre des formes différentes. Chaque membre (personne physique et morale) du Jeu dispose d’une matrice de richesses personnelle

La matrice de richesses se construit à posteriori

L’objectif est de construire une capacité d’analyse fine des flux de richesses afin de devenir un support d’aide à la décision.

Évaluation de la richesse des processus

Une matrice de richesses doit être précise, et permettre l’établissement d’une comptabilité analytique traditionnelle. Faire la matrice de richesses, c’est donc faire une compta analytique qui pourra être utilisée dans des contextes plus traditionnels. Pas de doublons …

Mais une matrice de richesses, n’est pas que cela, dans la mesure où elle comporte des éléments qualitatifs, liés aux processus …

Là où la compta analytique permet d’exprimer des crédits et des débits sur du quantitatif, et d’en faire le bilan, la matrice de richesses ajoute la possibilité d’évaluer les points forts et les points faibles d’un processus collectif, et d’en faire le bilan.

Elle inclut une démarche réflexive, une démarche rétrospective (similaire à celles des méthodologies agiles) au cours de laquelle l’équipe évalue la « qualité » du processus : Quels ont été les points positifs, les points négatifs ?

Construire la matrice de richesses devient ainsi un élément fort de la cohésion et de la progression du groupe :

  • L’expression et le partage du négatif, dans le cadre de moments collectifs, bienveillants et constructifs, permettent au groupe de s’inscrire dans une démarche de sincérité. Elles permettent en outre de faire progresser tout le monde …
  • L’expression et le parage du positif permettent d’identifier les bonnes pratiques, et de se féliciter, ce qui est très important.

Le premier usage de la construction de la matrice de richesses d’un projet est ainsi de permettre à une équipe d’évaluer un projet, dans toute sa richesse et sa complexité.

Rétribution des acteurs du processus

Le second usage de la matrice de richesses consiste à permettre une rétribution juste et collectivement acceptée des contributeurs. Ceux-ci :

  • Évaluent et expriment leur situation ainsi que leurs besoins personnels.
  • Évaluent et expriment leur contributions :
    • Sur un plan quantitatif :
      • Nombre d’heures consacrées : Le niveau de granularité doit être mesuré : la dizaine d’heures semble être une bonne unité de base.
      • Notes de frais via structure vulgarisée du plan comptable
      • Un historique des actions majeures est réalisé
    • Sur un plan qualitatif :
      • Nature des contributions réalisées : Production, documentation, communication, networking, animation, mise en joie, etc.
      • Auto-évaluation de la qualité du travail effectué complétée d’une certification par les pairs
      • Rétrospective : Évaluation des points forts et des points faibles (non prise en compte pour les rétributions)

Les matrices de richesses se construisent sur des temporalités déterminées au cas par cas. Dans le cas d’une organisation, la matrice de richesses pourra être réalisée à intervalles réguliers, une fois par mois par exemple, et pourra faire l’objet d’un temps collectif. Dans le cas d’un projet elle pourra faire l’objet d’une initialisation en tout début de projet, d’un point d’étape en milieu de projet, et d’une finalisation en fin de projet.

Back To Top